Visite du laboratoire de l’équipe glycobiologie végétale UGSF, Université de Lille

Vendredi 23 novembre, les étudiants du Master Arts, encadré par Nathalie Delbard, Pôle arts plastiques, Université de Lille et les étudiants de l’esä, inscrits dans les enseignements de Nathalie Stefanov (Prist), ont été invités par Corentin Spriet, responsable de la plateforme de microscopie photonique TISBio, à visiter les laboratoires  de l’équipe « glycobiologie végétale » de UGSF, de l’Université de Lille, UMR8576 .
Présentation par Fabrice Wattebled, chef de l’équipe de glyocobiologie végétale
Comme son site l’indique : « L’équipe de Glycobiologie Végétale s’intéresse à l’élucidation des mécanismes liés au métabolisme de l’amidon et sa régulation selon une approche de génomique fonctionnelle menée chez les organismes modèles Arabidopsis thaliana et Chlamydomonas reinhardtii. »

Qu’est-ce qu’une mauvaise herbe ?

La visite a commencé par une conférence de Camille Vandromme, doctorante en biologie, portant sur son objet d’étude, l’Arabidopsis thaliana.
Camille Vandromme, doctorante en biologie

Qu’est-ce qu’une mauvaise herbe interroge Camille Vandromme ? Quel rôle jouent-elles dans la biodiversité ? Comment, du point de vue de l’agriculteur, une plante n’appartenant pas à sa culture, peut-elle être conçue comme nuisible ? Qu’appelle-t-on un mutant pour le végétaliste ? Comment la nature fabrique-t-elle des organismes génétiquement modifiés ? Qu’est-ce que le génie génétique ?

Microscopie

Suite à la conférence de Camille Vandromme, les étudiants ont pu accéder aux salles des microscopes de la plateforme TISBio où travaillait Clémence Simon de l’ Unité de Glycobiologie Structurale et Fonctionnelle, sur un échantillon de lin.  Comment se prépare un échantillon ? Quel type de microscope utiliser pour mettre en évidence certaines hypothèses ? Comment certains microscopes peuvent-ils permettre au chercheur de visualiser l’échantillon en profondeur ? Comment les chercheurs mettent-ils en évidence par l’usage de couleur certains éléments de leur objet d’étude ?

 

Microscope TISBio

Les équipements

Fabrice Wattebled, chef de l’équipe de glyocobiologie végétale a ensuite présenté les équipements et les salles où sont mises en culture plusieurs espèces. Maud Facon, chercheuse, a décrit le système complexe de culture de pommes de terre in vitro, sytème abrité dans des armoires aux dimensions esthétiques indéniables.

Maud Faon, système de culture de pommes de terre in vitro
Enfin les étudiants on pu observer plusieurs des équipements de l’unité, comme les serres qui pour certaines abritent des OGM, serres dont l’accès est réglementé.
Serres OGM avec station météo pour contrôle des conditions intérieures

Expositions à venir

Les matériaux conceptuels, les connaissances et les différents instruments de la recherche serviront de source à la mise en oeuvre des travaux des étudiants pour les expositions qui se préparent à l’horizon 2019 à la Galerie Commune, et en particulier les expositions :

Eloge des mauvaises herbes, présentant les pratiques des étudiants M1/M2 APV + esä 4ème/5ème année, une exposition réalisée à partir de l’œuvre de Karl Blossfeldt et portant sur la représentation de la nature, dans le cadre d’un workshop avec Anaïs Boudot, artiste invitée par le Centre Régional de la Photographie et la Galerie Commune.
25 avril au 6 mai 2019
Commissariat : Anaïs Boudot + suivi Nathalie Delbard pour l’Université et Leïla Pereira pour l’esä.

Mais aussi pour l’exposition :

Prist / Atmosphère / Art & science

28 février au 15 mars 2019

Exposition réalisée dans le cadre du programme de recherche Images, sciences et technologies au cours duquel les étudiants de l’Esä cheminent au voisinage des scientifiques et philosophes, spécialistes de l’atmosphère. A l’heure du réchauffement climatique, quelles sont les nouvelles formes ou représentations de l’atmosphère ? En partenarait avec le Labex CaPPA.

Date du vernissage : 28 février

Commissariat : Nathalie Stefanov / Corentin Spriet